Chaque chose à sa place

razor

– Paris, Septembre 2008 –

On sait bien que les milieux hospitaliers sont particulièrement propices à la prolifération d’écrits en tout genre. On sait moins que certains objets, tel un rasoir électrique, y sont en mesure d’écrire à plusieurs mains et de signer leur texte…
Le simple emplacement d’un outil s’avère crucial dans l’organisation du travail : en devenant un repère fixe, il participe de la stabilisation de l’environnement, soutient la mise en routine des tâches, et facilite la coordination des équipes médicales. Passer plusieurs minutes à chercher un rasoir, c’est une tension supplémentaire dans l’activité des infirmières, c’est autant de temps à ajouter au planning des interventions et, au final, c’est alimenter l’exaspération des patients contre les dysfonctionnements d’un service de soins. Plus besoin de sociologues pour venir nous expliquer tout cela, le rasoir s’en charge lui-même.

2 Réponses to “Chaque chose à sa place”

  1. Godefroy Says:

    Il y a des gens encore beaucoup plus bourrins que ça :

    http://www.dugganinc.com/cms/picture/upload/Image/IMG_0140.JPG

    http://www.dugganinc.com/cms/picture/upload/Image/Picture2.jpg

    Observez l’usage du scotch.

  2. scriptopolis Says:

    Oh que oui.
    La force du scotch Vs. les justifications en termes d’efficacité et de morale. Deux régimes d’engagement, deux formes de prescription.
    On espère pouvoir un jour regarder ça de plus près…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :