Cimetière d’écrits

cimetiere

– Aveyron, Décembre 2008 –

On prétend souvent en reprenant le vieil adage que les paroles s’envolent et que les écrits restent ; on oublie que l’écrit certes résiste mais que son retrait, sa mise à l’écart peut s’apparenter à une sorte de mort. C’est souvent le cas avec les écrits de lutte lorsque les supports sur lesquels ils sont peints sont transportables … On voit ainsi dans le hameau de la Blaquière sur le causse du Larzac une plaque de taule qui porte encore les mots en occitan Gardarem lo larzac ; il faut dire que ce hameau fut le cœur de la lutte qui plus de dix années durant rassembla des milliers de personnes, une mobilisation contre l’extension du camp militaire de la Cavalerie. La plaque de taule, archives de ce combat n’est plus exposée à l’entrée du hameau mais, c’est seulement en cherchant, que le visiteur la trouvera à l’envers coincée derrière une haie d’arbres. Car qu’importe, même maculée de quelques lettres peintes, une plaque de taule ça peut toujours servir !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :