Quoi ?

chaudroquoi

– Marseille, Janvier 2009 –

Être visible, voire lisible, de loin, voilà une qualité essentielle aux écrits exposés. S’ils ne sont pas tous monumentaux, on s’attend à ce qu’ils attirent notre regard. On devrait même pouvoir sentir leur présence sans les voir à proprement parler. Dans le genre, les enseignes sont particulièrement sensibles à cet enjeu. Après tout, comment savoir avant de se trouver nez à nez avec la vitrine que l’on peut trouver une pizzeria à cet endroit précis, ou un opticien au coin de cette rue ?
Oui mais… Comme pour tout, il y a des ratés. En l’occurrence, on n’est pas loin de l’invisible. À quoi l’imputer ? Taille, typographie, couleur absente ou disparue ? Difficile à dire. Peut-être que chez les chaudronniers on n’est pas du genre à s’exposer si facilement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :