Cicatrices

cicatrices

– Toulouse. Avril 2009 –

Jusqu’ici le scriptopolien s’est déjà trouvé face à de nombreuses portes : certaines sont plus ou moins bavardes et explicites, d’autres plus ou moins aptes à coopérer, d’autres encore plus ou moins équipées. Ici point de dispositifs pour expliquer un usage particulier, point de code digital réservant l’accès. Une simple porte donc !
Pas si simple que ça. Il suffit de scruter les innombrables petites déchirures qu’elle expose, pour comprendre que cette porte est le support d’une danse graphique quasi quotidienne : aussitôt scotchée toute affiche est susceptible d’être arrachée dans la journée. Étrange chorégraphie où les apparitions et les disparitions d’écrits se succèdent. Chaque jour scande ainsi un événement à venir : un concert, une recherche d’emploi, un appel à manifestation, une liste d’objets à vendre… Une sorte de blog composé d’un rectangle en bois, donnant directement dans la rue, destiné à recevoir des morceaux de cellulose. Impossible de revenir en arrière pour consulter les annonces précédentes ; seules restent les traces de leur passage. À moins que les propriétaires, hésitant sur le nom qui illuminera leur humble demeure, fassent encore des essais pour se rendre compte et n’arrivent pas à se mettre d’accord.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :