Archive for the Mots d’ordre Category

Toute de suite

Posted in Mots d'ordre on 26.06.2009 by scriptopolis

now

– M6 (Lancaster – Manchester). Avril 2009 –

Plier, déplier. Deux opérations fondatrices de tout monde commun.
Que dit un panneau « virage dangereux » ? Que fait-il ? Qu’y trouve-t-on replié ? La question est éminemment difficile et le vaste territoire de ses réponses dit beaucoup sur ce que c’est qu’une société. On pourrait, pour savoir, faire des expériences. Demander le plus simplement possible à celui qui le croise ce qu’il en pense. Peut-être que le panneau avertit et déclenche ainsi des stratégies. Ou brancher des sondes sur les conducteurs. Et mesurer leurs mouvements, leur rythme cardiaque, leur transpiration. Peut-être que le panneau met dans un certain état et prépare ainsi à la délicate manipulation du volant, de la pédale de frein, voire du débrayage. Si l’on oublie un peu l’éthique, on pourrait aussi observer le même genre de comportement lors du passage d’un virage dangereux dont on aurait enlevé le panneau annonciateur. Au nombre d’accidents, de dérapages, on saurait ce que vaut le dit panneau.
Ou alors, on peut partir. Faire encore une fois advenir un petit décalage, quelques kilomètres et les objets d’une autre culture. Car chez d’autres toute cette ambiguïté n’est pas très appréciée. Il faut préciser. Et là, le panneau n’apparaît pas seulement tourné, si l’on ose dire, vers la suite. Il n’est pas tant à lire au futur qu’au présent. À l’impératif. Le panneau invite à freiner maintenant, c’est-à-dire ici.

Publicités

Travaux, épisode 1. Informer

Posted in Énonciations, Circulations, Mots d'ordre on 27.05.2009 by scriptopolis

Travaux1

– Clamart. Avril 2009 –

Entre deux voitures, on les remarque à peine. Mais dès qu’une place est libérée, ils s’imposent. De nouveaux panneaux peuplent la rue. Posés sur leur socle de béton, ils sont vraisemblablement provisoires. Mais le symbole qu’ils arborent sur la chaussée est sans équivoque : pas question de stationner sur ces emplacements, pourtant dédiés depuis longtemps au rangement des voitures. La silhouette d’une camionnette qui tracte une voiture laisse entendre assez clairement ce qui est réservé aux éventuels contrevenants. En deux coups d’œil, à droite puis à gauche, nous voilà informés : c’est la rue dans toute sa longueur qui se voit privée de places. De ce genre de places en tout cas.
Informés, si rapidement ? Pas sûr. Pour l’être véritablement, il faut s’approcher et voir que sur une deuxième partie du panneau, figure un long texte en surimpression des mêmes dessins. C’est en lisant que l’on sait : non pas seulement l’état d’interdiction, mais sa raison et ses conditions. On a sous les yeux la reproduction du décret municipal qui ordonne les travaux de voiries, en précise les dates, en expose l’objet (la réfection de conduites d’eau) et liste les nombreuses rues concernées.
Le temps manque pour saisir cette foule de détails imprimée sur deux moitiés d’A4, surtout si l’on est en voiture à la recherche d’un endroit où se garer. Heureusement les téléphones font aujourd’hui d’assez bons appareils photo. En un petit geste le texte est reproduit à nouveau. Il pourra être lu à tête reposée, sur l’écran d’un appareil devenu pour l’occasion liseuse électronique.

Amnésie

Posted in Mots d'ordre on 29.04.2009 by scriptopolis

rappel

– Chateauroux. Avril 2009 –

Au volant, en direction d’une contrée ensoleillée pour passer quelques jours au calme. L’objectif est d’oublier, pour un temps, les ambiances bruyantes et les nombreuses agitations qui caractérisent les villes modernes. Il arrive que le début d’un tel voyage soit traversé par le passage en revue de ce que l’on aurait omis de faire avant de partir, ou bien ce que l’on aurait oublié de prendre avec soi qui s’avérerait essentiel pour passer un moment de détente. Quand bien même quelques insouciants trouveraient cette attitude inutile, certains panneaux se chargent parfois de les rappeler à l’ordre des choses. Mais l’objet du rappel n’est pas toujours très clair, comme dans ce cas. De quoi doit-on au juste se rappeler? De la destination choisie ? De l’itinéraire pour l’atteindre ? Est-ce une devinette dont la solution sera donnée au prochain panneau ? Ou, au contraire, les bandes horizontales représentent-elles un grave danger dont on a oublié la signification dans le code de la route ? La perspective d’un futur moment de détente est brusquement réorientée vers le passé et la nécessité de faire appel à des souvenirs plus ou moins lointains…

Rendez-vous

Posted in Mots d'ordre on 14.04.2009 by scriptopolis

rendezvous

– Argenton-sur-Creuse, Avril 2009 –

Les occasions ne manquent pas pour se retrouver quelque part que ce soit entre amis, membres d’une famille, collègues de travail… Pour cela, les coordonnées spatio-temporelles sont des repères qui font sens pour le plus grand nombre. Il suffit généralement de s’entendre sur l’heure et l’endroit. Parmi les personnes conviées qui ne connaissent pas le lieu, certaines s’appuieront sur des aspects architecturaux, d’autres sur l’enseigne d’un bar ou d’un restaurant, d’autres encore chercheront le nom et le numéro d’une rue, d’autres demanderont leur chemin à des pétions. Quand le lieu du rendez-vous n’est pas nommé, c’est qu’il fait partie des allant de soi entre les membres du groupe: le “on fait comme d’habitude !” prime sur toutes les autres options, au point que la phrase n’est parfois même pas prononcée.
En revanche, lorsque le point de rassemblement est désigné par un panneau, c’est qu’il est censé inclure potentiellement des personnes pour qui c’est la toute première fois. On s’attend à être en mesure de comprendre une partie, quitte à accumuler des informations supplémentaires au fil du trajet. Ce n’est pourtant pas toujours le cas. Mais lorsque le panneau en question utilise en outre la composition graphique des sorties de secours, le gouffre de l’interprétation se creuse. Où aller ? Dans quelle direction courir ? En plus l’espace n’est ici ni souterrain, ni confiné. Au contraire, nous sommes en pleine campagne, entourés d’arbres et de champs. Quel point s’agit-il alors de rallier ? Avec qui et pour quoi faire ? Contre quel type de danger le panneau nous avertit-il ? Prenant conscience qu’il y a même personne à qui demander son chemin, l’angoisse nous envahit peu à peu. Mais inutile de paniquer: le panneau indique bien que le point de rassemblement est accessible de tous les côtés…

Propreté

Posted in Mots d'ordre on 06.04.2009 by scriptopolis

propre

– Vanves, Mars 2009 –

Que ce soit en voiture, en vélo ou à pied, nous sommes familiers des marquages au sol pour circuler : bandes blanches, flèches, voies circulation des bus et pistes cyclables sont des appuis importants de la fluidité urbaine. D’autres marquages sont destinés à délimiter des emplacements réservés à certaines unités véhiculaires: parking payant, livraisons, transports de fond, personne à mobilité réduite… Dans ces cas, ce n’est plus la circulation mais le stationnement qui est l’objet du marquage. Généralement, les trottoirs sont beaucoup moins investis que les routes. Pourtant, il arrive qu’on y trouve de véritables injonctions. Mais depuis quand les chiens savent-ils lire? Reconnaître des dessins ? Suivre une flèche ? A moins que l’interpellation s’adresse directement aux piétons pour qu’ils regardent sous leurs pieds… et qu’ils trempent leurs chaussures dans le caniveau au cas où ils ne les trouvent pas suffisamment propres. L’aménagement d’une nouvelle forme de self-service ?

Rebut

Posted in Mots d'ordre on 01.04.2009 by scriptopolis

rebut

– Paris, Mars 2009 –

La rencontre avec des chaises qui s’adressent à nous est toujours intrigante, d’autant que les situations sont assez rares. Nous avons déjà eu l’occasion d’en rencontrer une plutôt sympathique qui invitait à la relaxation pour prendre en charge nos problèmes de cœur. Celle-ci semble beaucoup plus confortable au premier abord : molletonnés, l’assise et le dossier sont propices à une détente, tout en assurant une position studieuse. Pour autant, l’inscription prévient tout individu disposé à s’affaler nonchalamment. Au lieu d’être destinée à une petite pause ou un long repos, cette chaise est plutôt orientée vers le travail. C’est bien l’activité de manutention d’une bonne âme prête à effectuer docilement la prescription jusqu’à la plus proche poubelle qui est attendue, ou alors l’entrain d’un bricoleur aguerri disposé à la transporter jusqu’à son atelier pour la réparer. Car quiconque tenterait de s’asseoir serait rapidement éjecté par un mouvement furtif du dossier. Il ne s’agirait plus de réparer la chaise mais bien la personne, désormais par terre avec un bon mal de dos, voire une fracture… pendant que la chaise, dotée de roulettes, aurait profité de sa capacité de déplacement pour se poster un peu plus loin, dans l’attente d’un autre utilisateur. Un poisson d’avril peu commun.

A4 à P8

Posted in Mots d'ordre on 19.03.2009 by scriptopolis

a4p8

– Université de Paris 8, Février 2009 –

On prétend que la Révolution iranienne s’est, il y a trente ans, propagée par les cassettes magnétiques. On se souvient qu’en Pologne dans les années 80, les cartes de vœux ont été utilisées par Solidarnosc pour contester le pouvoir du Général Jaruzelski. Le mouvement de protestation contre les projets de réformes qui coure dans les universités depuis quelques semaines aura-t-il comme symbole la simple feuille A4 ? On voit ainsi dans les couloir de la très contestataire université de Paris 8, fille de Vincennes la rebelle, des panneaux administratifs recouverts avec soin par une mosaïque de feuilles A4 où chacun a inscrit un mot d’ordre, un slogan, ou encore une pensée. Etrange collage qui ressemble à une exposition de travaux de fin d’année mais aussi et surtout à un livre dont chacun aurait inscrit avec ses propres instruments (feutres, markers, crayons) une page. Symbole peut-être que l’écriture collective est désormais addition des écrits individuels.